Les tout derniers articles

Adultes et le phénomène Tanguy

phénomène Tanguy
Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

 

Article de Tyler Tervooren traduit pas Sophie Marnez

phénomène TanguyJ’ai récemment remarqué une tendance perturbante et j’aimerais en parler. Il semble que les enfants d’aujourd’hui restent de plus en plus longtemps chez leurs parents, jusqu’à un âge que la plupart considèrent comme “l’âge adulte”. C’est le phénomène Tanguy.

Chaque année, j’entends parler de plus en plus de relations qui vivent avec leurs parents et qui y restent de plus en plus longtemps. Cela me perturbe réellement et je ne suis pas un de ces vieux bonshommes grincheux qui rêvent des jours de gloire. J’ai 25 ans et je rêve de l’ici et maintenant.

J’ai de vieux amis du lycée qui ont 26 et 27 ans et qui vivent toujours avec papa et maman, sans plans pour déménager. Quelle en est la cause ?

Ce sont des adultes qui dorment encore dans leurs berceaux, semble-t-il. Comme le fameux Tanguy du film d’Etienne Chatiliez qui a donné son nom au Phénomène Tanguy !

La vie dans le monde est devenue plus chère, sans aucun doute. Nous sommes dans un climat économique difficile et les emplois sont durs à obtenir. Mais est-ce là une raison réellement valide ?

La raison numéro un que j’entends à répétition est celle du manque d’argent. Les gens ne peuvent tout simplement pas se permettre de vivre tout seuls. L’ironie, d’après moi, est que la plupart de ces gens ne peuvent pas se permettre de vivre tout seuls parce qu’ils vivent avec leurs parents.

Il est vrai que personne ne peut se permettre de vivre seul quand il est jeune. Le fait que certains d’entre eux aient pris le risque et essayé quand même est la seule raison pour laquelle ils y sont arrivés.

Les gens font se produire les choses quand ils doivent les faire se produire. C’est dans la nature humaine d’éviter les problèmes jusqu’à ce que vous soyez forcé de les traiter.

En restant à la maison et en attendant que la situation parfaite se présente, vous vous privez de l’opportunité d’apprendre comment répondre à des circonstances imparfaites. C’est un gros problème parce que, comme nous le savons tous mais n’aimons pas toujours l’admettre, la situation “parfaite” ne se présente jamais.

J’ai quitté la maison de mes parents à 18 ans, moins d’un mois après avoir terminé le lycée, pour commencer à travailler à des centaines de kilomètres. Je n’avais pas d’argent et quand je suis arrivé sur place, je n’avais même nulle part où habiter. J’ai passé quelques nuits à dormir dans ma voiture, sur des parkings de motels, avant de trouver un endroit correspondant à mes moyens.

Selon une certaine logique, je devrais être ruiné et destitué maintenant. Mais, d’une manière ou d’une autre, sept ans plus tard, je m’en sors bien mieux que tous ceux que je connais qui sont restés à la maison pour économiser de l’argent. Je ne suis pas le seul. En fait, tous ceux que je connais, qui ont tenté leur chance quand ils ne pensaient pas être prêts, ont tous fini comme moi.

L’argent n’est pas la seule considération, cela dit. Si vous restez à la maison trop longtemps, vous ratez les opportunités d’apprendre toute une quantité d’autres choses “d’adultes” réellement importantes. Par exemple :

Comment budgéter et gérer les factures. Vous savez qu’elles existent mais quand papa et maman les payent, vous n’apprenez jamais ce qu’il faut faire pour y arriver vraiment chaque mois et quelles sont les conséquences quand vous les oubliez.

Comment prendre soin d’un chez soi. Je crois fermement que toute personne célibataire devrait vivre seule en tant qu’adulte avant de vivre avec d’autres. Vous y gagnez du recul sur vos propres habitudes quand il n’y a personne à blâmer à part vous-même pour les choses qui vont de travers.

Comment prendre soin de soi-même. Peu importe votre âge, vivre à la maison sera toujours dans une relation parent/enfant. Vous n’avez jamais l’opportunité de prendre la pleine responsabilité pour vous-même.

Comment développer des relations adultes. Désolé, cela ne peut tout simplement pas se produire quand papa et mamans sont vos colocataires. Pas au niveau dont vous avez besoin pour connecter réellement avec quelqu’un.

Comment prendre un risque. Vous pouvez faire toutes sortes de choses dingues mais vous n’en tirerez jamais le bénéfice réel si vos parents vous fournissent un système de secours à grande échelle. Le risque, par définition, implique un réel risque de perte.

Tout espoir n’est pas perdu, cependant. Et de loin. Il y a des choses que toute personne doit apprendre un jour ou l’autre. La seule question est quand.

 

Si quelqu’un me demandait une liste de choses qu’il pourrait faire pour quitter la maison de ses parents rapidement et démarrer sa propre vie, voici ce que je lui dirai :

N’économisez pas plus de trois mois de dépenses.

Dès que vous avez ce coussin, jetez-vous à l’eau. Cela peut ne pas sembler assez mais vous voulez éviter la trappe consistant à économiser pour l’éternité et à ne jamais avoir assez pour vous sentir confortable. Cela submerge et la situation parfaite ne viendra jamais. Faites-vous confiance : quand les temps deviendront difficiles – et ils le deviendront – vous grandirez et trouverez une solution.

Partez loin.

N’importe quel parent va détester ce conseil mais c’est l’une des étapes les plus importantes. Les parents qui laissent leurs enfants vivre à la maison jusqu’à ce qu’ils aient 30 ans sont les mêmes qui vont les tirer d’affaire jusqu’à ce qu’ils aient 50 ans. De même, les enfants qui vivent à la maison jusqu’à ce qu’ils aient 30 ans sont les mêmes qui acceptent d’être tirés d’affaire jusqu’à ce qu’ils aient 50 ans.

Si vous voulez faire le pas pour briser cette chaîne, vous devez prendre du temps et vous éloignez très loin de votre filet de sécurité. L’appartement un peu plus bas dans la même rue ne va pas faire grand-chose pour vous. Si vous emportez aussi peu de choses que possible, vous dépenserez moins en partant loin que si vous deviez déménager une maison pleine de choses ne serait-ce que dans le voisinage. Mon ami Everett de Far Beyond the Stars est allé de Brooklyn à San Francisco pour 125 $.

Trouvez des colocataires.

Cela va abaisser considérablement vos dépenses de vie courante et vous aidez à apprendre comment vivre avec d’autres adultes différents. Comme je l’ai dit, cependant, j’essaierais de vivre par moi-même au moins quelques mois au commencement. Ensuite, j’essayerais de trouver des colocataires qui ont aussi vécu tout seuls. Cela rendra la transition bien plus facile.

Installez-vous dans une partie peu onéreuse de la ville.

Quand vous êtes jeune, le quartier cool de la ville est très attirant. Mais vous êtes aussi fauché et y habiter revient très cher. Vous avez un corps qui fonctionne. Installez-vous à l’extérieur de ce quartier et marchez ou allez à bicyclette. Les quartiers cool vont bouger bientôt, de toute façon. C’est ce qu’ils font toujours.

Principalement, croyez simplement en vous-même.

Plus facile à dire qu’à faire, je sais, mais c’est ce qu’il va vous falloir. La plupart des gens restent à la maison plus longtemps que nécessaire parce qu’ils ne croient pas qu’ils peuvent prendre soin d’eux-mêmes. Cela pourrait-il être vrai ? Peut-être, mais probablement pas.

Vous avez des milliers d’années d’évolution derrière vous. Donnez-vous une chance de tester vos capacités. Même si ça ne fonctionne pas, vous ne le regretterez pas.

À vous : quels conseils auriez-vous donnés à quelqu’un qui veut quitter le nid mais ne sais pas par où commencer ? Faites-le moi savoir dans les commentaires.

Note : cet article est une traduction de l’article Adults in Cradles de Tyler Tervooren. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

http://riskology.co/adults-in-cradles/

Crédit Photo Walt Jabsco

Recherches utilisées pour trouver cet article :

phénomène tanguy conséquences
Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*