Les tout derniers articles

Les 4 critères du meilleur boulot du monde

Travail délocalisé
Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

 

Article de Tyler Tervooren, traduit par Sophie

Si vous me suivez sur Twitter, alors vous savez que chaque jour j’aime poster une mise à jour pour aider mes collègues sans emploi. Chaque jour j’essaye d’aider les gens qui cherchent plus que « juste un autre job », le meilleur boulot possible.

Il y a quelques jours, j’ai tweeté ceci :

Jour 104 : ceux qui ont les meilleurs boulots du monde ne les ont pas « obtenus ». Ils les ont créés.

Apparemment, beaucoup de gens ont été d’accord avec ça parce qu’une fois que la poussière a été retombée, cela a été retweeté plus de 75 fois.

C’est une vérité que nous connaissons tous mais que peu acceptent volontiers. Les gens que nous voyons, qui ont les jobs les plus enviables, n’ont jamais vu leur travail leur être proposé. On ne peut pas trouver ces jobs dans les petites annonces et aucun curriculum vitae ni aucune lettre de motivation ne va jamais vous permettre de vous en approcher.

Non. Les meilleurs jobs du monde appartiennent aux gens qui ont appris à faire ces quatre choses incroyablement importantes.

  • Résoudre des problèmes réels pour des gens réels.
  • Être payés à faire des choses qu’ils auraient faites gratuitement.
  • Déconnecter le travail d’une localisation géographique.
  • Établir un business à eux plutôt que celui de quelqu’un d’autre.

Quatre critères. C’est réellement tout. Ce n’est pas nécessairement facile… beaucoup de dur travail pour la plupart, en fait. Vous pouvez déjà pas mal avancer avec un ou deux de ces critères mais finalement, vous voudrez toucher les quatre. Voyons ce que cela demande :

1) Résoudre des problèmes réels pour des gens réels.

Il y a un nombre infini de manières de faire ça. Le truc est de le faire sans vous y brûler. Si vous résolvez un problème dont les gens ne savent pas qu’ils l’ont, alors vous allez devoir mener une sacrée bataille pour les amener à vous laisser le résoudre pour eux. Si vous résolvez un problème dont tout le monde sait qu’il l’a mais dont il se moque, vous êtes également malchanceux.

Souvenez-vous que votre solution doit servir à des gens réels. Vous avez besoin d’un public assez large pour soutenir votre activité. Mais si vous essayez de tout faire pour tout le monde, alors vous ne servez pas des gens réels, vous servez des généralisations… et les gens réels n’aiment pas être généralisés. Il faut être spécifique.

2) Être payés à faire des choses qu’ils auraient faites gratuitement.

Le meilleur job du monde peut être n’importe quoi à condition que vous l’aimiez. Malheureusement, ce n’est pas aussi facile que d’ouvrir une boutique et d’offrir de voir des films contre de l’argent.

Ça ne veut pas dire que vous ne devriez pas gagner votre vie avec quelque chose comme faire payer pour regarder des films. Mais il falloir probablement quelque chose de plus que ça. Souvenez-vous, nous résolvons les problèmes des gens. Je n’ai jamais rencontré quiconque qui avait besoin d’aide pour regarder des films.

Presque tous les grands jobs commencent avec un hobby, en fait. Et si, au lieu de permettre de regarder des films, vous créiez des sous-titres pour ces films dans des langues obscures et que vous les vendiez dans des quartiers qui parlent ces langues ? C’est juste un exemple qui me vient comme ça, mais vous voyez ce que je veux dire.

3) Déconnecter le travail d’une localisation géographique.

Travail délocaliséUne chose dont la plupart des gens qui ont des boulots traditionnels se plaignent est le fait qu’ils se sentent attachés. La plupart des emplois dans les sociétés offrent au début deux semaines de vacances mais vous êtes tellement occupés que vous avez de la chance si vous arrivez à en prendre une.

Trouver plus de temps de vacances est un moyen super d’améliorer votre travail. Mais les gens qui ont les meilleurs jobs du monde sont plus concernés par l’idée de trouver comment emporter leur travail où qu’ils aillent. Une fois que vous vous êtes libérés d’une localisation spécifique, les vacances sont partout.

Si vous pensez – en vous-même – que travailler en vacances a l’air de la pire idée possible, souvenez-vous du dernier point concernant le fait d’être payé pour quelque chose que vous feriez gratuitement. Quand vous adorerez ce que vous faites, travail et vacances ne sont plus des antonymes mais des synonymes.

4) Établir un business à eux plutôt que celui de quelqu’un d’autre.

La dernière étape critique pour créer le meilleur job du monde est de vous assurer qu’il vous appartienne à vous, quelles que soient les circonstances.

Il y a quelques grands jobs fantastiques dans le monde des entreprises, pour les bonnes personnes. Mais même si vous avez l’un d’eux, il ne vous appartient pas vraiment. Il appartient à l’entreprise. Il appartient à votre patron. Et aussitôt que vous n’êtes plus le meilleur, adieu le travail fantastique.

Les meilleurs jobs ne peuvent jamais être donnés ou repris parce qu’ils sont créés par les gens qui les exercent. Ils appartiennent à des gens qui travaillent pour eux-mêmes. Le rôle du « patron » existe toujours mais ce n’est plus une personne. Ce sont de nombreuses personnes et elles s’appellent “clients”.

Quand vous faites votre propre travail, c’est toujours le meilleur job du monde parce que c’est vous qui avez toujours le responsabilité de quand, comment, où et, encore plus important, pourquoi vous le faites. Personne d’autre ne peut décider pour vous.

Comprendre ce concept est une chose mais le mettre en action en est une autre. Beaucoup de gens veulent travailler pour eux-mêmes. Mais ils ne sont pas sûrs de ce qu’ils devraient faire ni de comment le faire. Mais c’est une autre histoire !

Note : cet article est une traduction de l’article  4 Simple Steps to the Best Job in the World  de Tyler Tervooren. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

(photo de Thrifty Look)

Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*