Les tout derniers articles

Tyler et moi

Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

 

Bonjour !

Oser prendre le risque… d’être différente, de ne pas suivre la foule, de ne pas me contenter de ce qui se fait, de ce qui se dit…

Oser prendre le risque… de changer, de me changer moi-même pour changer ma vie – parce que c’est dans cet ordre que ça fonctionne !

OK, ça peut faire peur… et ça fait peur de temps en temps. Mais le plaisir que cela procure est incomparable… parce que ne pas avancer, c’est stagner, pire même, c’est reculer.

Mais la répétition de “plus-de-la-même-chose” est un concept qui me colle des frissons, plus que d’avancer vers le nouveau que j’ai toujours ressenti comme plein de promesses. J’ai l’impression que je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite, façon irréductiblement gauloise de dire que c’est sans doute mon âme qui a décidé de me pousser dans le dos : elle me semble pressée de grandir et d’aller dans le sens de la Vie, avec un V majuscule. Je n’ai rien à faire qu’à me laisser faire. La nage à contre courant est singulièrement contre productive 😉

Donc j’ai dû arriver sur cette planète câblée comme ça. Je me souviens encore très clairement aller à l’école, en balançant mon cartable au rythme des “Je suis différente, je suis différente,… ” que je répétais en boucle, et en sautillant.

D’où cela me venait-il ? Je n’en ai aucune idée, je dirais du fond des âges… et un peu aidée par un papa extrêmement conservateur et hyper-prudent qui décourageait le rêve et l’originalité… Un jour, c’était à table, il nous a demandé à ma sœur et à moi, quel serait un de nos rêves. Je voulais traverser le Sahara en jeep. Je devais avoir une dizaine d’année, autrement dit ce n’était pas un projet court terme ! Mais mon père a entrepris de mettre sur le chemin de mon rêve des formalités administratives quasi insurmontables, la chaleur, l’hostilité du lieu, le besoin de devenir quasiment mécanicien automobile, des fois que… bref ce qui n’était – on s’en rend compte – qu’un rêve de petite fille, s’est vu fracassé à peine formulé.

Je suis convaincue que je ne suis pas la seule dans ce cas. Pas pour le Sahara en jeep, pour le fracassage de rêves.

Est-ce pour cela ou pas… je fonce dans ma vie sans rétroviseurs. Ma vie est devant moi, jamais derrière.

On me demande souvent : mais comment peux-tu ne pas regretter ceci ou cela ? Et ma réponse est toujours la même : je bénis la Vie de m’avoir donné l’opportunité de le ou de la rencontrer, j’aurais aussi pu n’avoir jamais connu ça !

On m’a opposé la fuite en avant… bonne question qu’il faut se poser à l’occasion. Quand j’avance, le fais-je pour fuir quelque chose (auquel cas je vais le retrouver plus tard au détour d’un chemin) ou parce que je suis irrémédiablement intéressée à apprendre, à me renouveler, à grandir en conscience ?

On m’oppose aussi le fait que je “quitte” des amis, de la famille, des gens et des choses que j’aime (les gens sous-entendent qu’eux en seraient incapables). J’ai mis des guillemets à “quitter” parce que ce n’est pas quand je m’éloigne que je quitte. L’attachement émotionnel est un harpon planté dans les gens et les choses, qui nous retient, nous maltraite, nous balade… Les kilomètres peuvent-ils vraiment casser le fil d’Ariane qui se tisse – inconditionnellement – entre deux personnes ? Vous avez sans doute déjà retrouvé quelqu’un que vous n’aviez pas vu depuis longtemps, pour réaliser que la conversation a repris comme si vous l’aviez entamée hier… alors qu’est-ce que quitter les gens qu’on aime ? Mais c’est une autre histoire…

Pourquoi ai-je choisis de créer un blog “reflet” de celui de Tyler Tervooren ?

Parce qu’il parle essentiellement de prendre le risque de la différence et du changement.

C’est ma “cup of tea”, comme il dirait sans doute. Je suis fan de ce thème, c’est l’histoire de ma vie !

Il écrit noir sur blanc en anglais ce que je n’ai pas encore écrit en français, même si j’en ai beaucoup parlé à mes clients, quand j’étais thérapeute.

Et comme une de mes activités/talents consiste également à traduire l’anglais en français… et que – nous le verrons dans un de ses articles – Tyler a pris la décision – houuuuuu, le risque ! – de décopyrighter son blog, j’ai décidé de le mettre à votre disposition.

Je dis reflet et non pas copie conforme parce que j’ai bien l’intention de mettre mon grain de sel dans cette affaire et de participer à Risquer le changement ! Avec des articles ciselés de mes petits doigts sur mon clavier personnel. Mais oui !

Il n’est pas le seul, ce Tyler, alors pourquoi lui ?

J’adore son sens de l’humour. Pas besoin de voir sa photo, il suffit de le lire pour savoir que son œil pétille de malice… mais je vais vous mettre sa photo quand même, si, si ! Il est vif, intelligent, drôle, décomplexé, ouvert, enthousiaste… tout ce que j’aime et que je pense être un peu aussi moi-même, enfin c’est ce que mes amis/es me disent !

Allez, je vous laisse un instant en sa compagnie, il va vous parler de lui.

Tyler Tervooren

Salut, je suis Tyler Tervooren – entrepreneur indépendant et fondateur de Riskology.co . J’ai démarré 7 business et voyagé dans plus de 20 pays différents.

Ma vie a l’air excitante pour des étrangers mais quiconque me connaît depuis un moment sait qu’il n’en a pas toujours été ainsi.

J’ai grandi dans une petite ville où on faisait notre éloge parce que nous vivions une vie simple et conservatrice. On était supposé jouer la sécurité et toujours donner la préférence aux choses sûres. Sortez de là et faites quelque chose d’inhabituel et on vous rejetait vite fait en vous traitant de dingue.

Vivre cette vie donnait un sentiment de sécurité mais elle n’était pas épanouissante. Si bien que, quand je suis parti le lendemain de la remise des diplômes à la fin du lycée, j’ai commencé à donner la priorité à ce qui me faisait sortir de ma zone de confort, essayant de nouvelles choses pour voir où elles me mèneraient.

Il y a eu de nombreux faux départs et j’ai plongé dans quelques mauvaises voies. Mais chaque échec m’a enseigné une leçon que je n’avais jamais apprise auparavant. Le long de ma route, j’ai rencontré des gens qui vivaient des vies que je ne pouvais pas imaginer. Ils avaient des boulots dingues et amusants dont je n’avais jamais entendu parler. Ils étaient allés à des endroits dont je ne savais pas qu’ils existassent [note de la traduction : le subjonctif français a vraiment plus de “gueule” que la version anglaise 😉 ]. Ils étaient heureux parce qu’ils avaient trouvé des moyens de contourner le chemin de la vie par défaut.

Ils n’étaient pas fauchés (en fait, ils étaient habituellement plutôt riches), ce n’était pas des hors-la-loi (plutôt le contraire) et ils n’étaient pas fous. La lumière s’est faite. Il est en fait possible pour des gens normaux comme vous et moi de prendre de grands risques dans la vie et d’avoir du succès.

Pendant plus de 10 ans, j’ai été fasciné d’apprendre les stratégies et les tactiques que les gens normaux peuvent utiliser pour faire des choses habituellement réservées exclusivement aux super-privilégiés. J’étudie le comportement des entrepreneurs, les nouvelles percées et des vérités peu connues de la psychologie humaine et les stratégies des artistes qui réussissent.

Ce que j’ai découvert est que la plupart des gros risques dans la vie ne sont risqués que parce qu’on ne les comprend pas. En combinant votre passion et votre intuition avec une recherche et des stratégies intelligentes prouvées, vous pouvez gagner dans pratiquement tout ce que vous voulez.

Maintenant, je conçois des formations pour enseigner les principes d’une Smart Riskologie [Risquologie Intelligente] à ceux qui veulent apprendre et je partage mes découvertes sur le blog de la Riskologie. Vous pouvez vous tenir au courant en rejoignant les milliers de lecteurs actifs de notre newsletter.

Pas le temps de lire cet article ? Envoyez-le sur votre boîte email ou imprimez-le !
Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*